Ecologie Archives - bWOOD Habitat : Constructeur de maison en ossature bois en Bretagne
Focus : les qualités du bois

Focus : les qualités du bois

Tendance depuis plusieurs années, le bois bénéficie de nombreux avantages et séduit de plus en plus de personnes grâce à son empreinte environnementale faible et son aspect chaleureux et naturel. De la conception à la qualité de l’air en passant par l’isolation, découvrez dans cet article tous les atouts de ce matériau définitivement dans l’air du temps.

Des maisons très lumineuses

La conception d’une maison doit être bioclimatique, c’est-à-dire que son implantation sur le terrain a son importance, les pièces de vies doivent être placées du côté ensoleillement et les chambres et la cuisine du côté ombragé de la maison. Afin d’améliorer la part de lumière naturelle dans la maison, les baies vitrées ont pour obligation de représenter au moins 1/6 de la surface habitable globale. Une maison en bois se doit de respecter le Réglementation Thermique 2012 et celle qui vient prochainement, la Réglementation Environnementale 2020.
Le bois permet de grandes portées et donne la possibilité d’ouvrir en grand la maison sur le jardin pour un résultat très lumineux et un confort intérieur inégalable.

Stop à l’humidité

Un bon confort et une bonne qualité de l’air passent par une maison ni trop humide, ni trop sèche. Le bois a la capacité de réguler l’humidité. C’est un matériau hygroscopique, cela signifie qu’il va récupérer une partie de l’humidité dans l’air et le restituer quand l’air sera plus sec. Opter pour le bois, c’est aussi penser à sa santé, puisque moins il y a d’humidité dans la maison, plus vous vous sentirez mieux (moins d’allergies et de problèmes respiratoires).

À lire également : Comment améliorer la qualité de l’air chez soi

Une isolation biosourcée

Le bois est par nature, un très bon isolant. Pour qu’il s’inscrive dans une démarche écologique complète, il faut être cohérent et remplacer les isolants traditionnels (laine de verre ou de roche par exemple) par des matériaux biosourcés tels que la fibre de bois ou encore le chanvre.

Chez bWOOD Habitat nous utilisons un isolant en fibre de bois, ce matériau présente d’excellente performances thermiques et acoustiques. La fibre de bois possède une haute performance de déphasage, ce qui a pour objectif d’améliorer le confort intérieur en hiver comme en été.

À lire également : Maison à ossature bois : isolation 

Le chauffage réduit

Une maison en bois doit être conforme aux textes de la RT2012 et ne pas dépasser plus de 50kWh/m² par an de consommation d’énergie. Cependant, la prochaine réglementation sera plus stricte puisqu’elle réduira de 30% la consommation d’énergie.
Faire installer un poêle à granulés est donc en totale cohérence avec la démarche écologique et cette nouvelle réforme environnementale. De plus, il assure un excellent niveau de confort et permet de maîtriser sa facture d’énergie. 

Zoom sur les panneaux solaires photovoltaïques

Zoom sur les panneaux solaires photovoltaïques

De plus en plus de Français veulent réduire leur impact sur l’environnement. La maîtrise de leur consommation d’énergie ainsi que leur dépense prennent une place importante. Ils sont donc un peu plus chaque année à sauter le pas vers l’autoconsommation et l’installation de panneaux solaires. Bien installé, ce type de dispositifs permet d’être autosuffisant en énergie. Plus que l’autosuffisance, il est possible de revendre le surplus d’électricité produite grâce à cette installation. Découvrez dans cet article toutes les démarches requises pour installer des panneaux solaires, leurs coûts et leur rentabilité sur le long terme.

Panneaux solaires photovoltaïques, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un dispositif qui transforme l’énergie solaire en électricité. Un panneau solaire est composé de cellules photovoltaïques qui contiennent du silicium. Quand la lumière frappe ces cellules, elle va créer un flux électrique.
Le rendement d’une installation photovoltaïque va dépendre de deux facteurs :

 Le type de panneaux utilisés
 Le taux d’ensoleillement

Quelles démarches mettre en place pour installer des panneaux solaires ?

Dans un premier temps, il faut trouver l’endroit idéal pour l’installer. Soit sur votre toit exposé sud soit dans votre jardin bien exposé également. Dans un second temps, il est nécessaire de déterminer votre projet d’installation selon l’usage que vous voulez en faire.
Vous avez le choix de consommer l’énergie que vous produisez, c’est-à-dire que l’énergie générée par vos panneaux servira uniquement à vos besoins. Ce type d’installation ne nécessite aucuns frais de raccordement et les formalités sont réduites. En revanche, vous devrez faire une déclaration auprès d’un gestionnaire ou auprès de votre commune.

Si vous avez comme projet de revendre le surplus ou la totalité de l’électricité produite, un fournisseur d’énergie (EDF, Engie etc.) sera obligé de racheter les kWh que vous avez produit avec vos panneaux solaires. De plus, les démarches administratives seront plus longues et le raccordement électrique est obligatoire. Dans le cas d’une construction neuve, il vous faudra uniquement ajouter cette installation sur les plans de construction et le faire figurer dans la demande du permis de construire. Lorsque vous disposez des autorisations nécessaires, vous allez pouvoir vous rapprocher d’une gestionnaire d’électricité et signez avec lui un cahier des charges qui vous oblige à respecter quelques règles de sécurité. À la suite de ces formalités, vous allez pouvoir signer le contrat de raccordement et faire le choix d’un fournisseur d’électricité.

Combien ça coûte ?

Le coût va dépendre de la puissance globale en kilowatt-crète (kWc), du nombre et du type de panneaux solaires choisi.
Pour la revente d’électricité ou pour l’autoconsommation, le coût total (fourniture, pose de l’installation et raccordement) peut varier entre 7 000 € et 11 000 € TTC.
Concernant l’entretien des panneaux solaires, leur maintenance ne représente qu’une petite partie du coût total. Il comprend : 

 L’utilisation du réseau d’électricité via une taxe annuelle de 25 € pour l’autoconsommation et de 40 € pour la revente d’électricité
 Le nettoyage des panneaux par vos soins ou par une société spécialisée
 Le remplacement de l’onduleur tous les dix ans, entre 1000 € et 2000 €

Quelles sont les aides pour installer des panneaux solaires ?

Pour garantir des progrès en termes de performance énergétique, l’état encourage l’installation de panneaux solaires photovoltaïques et met en place des aides de financement.

Les principales aides en 2021 :

La prime à l’autoconsommation : jusqu’à 8 000 €. Elle va dépendre de la puissance de l’installation et du nombre de panneaux solaires. Pour l’obtenir, il faut obligatoirement faire appel à un professionnel RGE (reconnu garant de l’environnement) et revendre son surplus d’électricité produite.

TVA réduite de 10 % pour les panneaux photovoltaïques. Comme pour la prime à l’autoconsommation, il faut faire appel à un professionnel RGE. De plus, pour y être éligible, la puissance du panneau solaire doit être supérieur ou égale à 3kWc.

Quelle est la rentabilité d’un panneau solaire photovoltaïques ?

Lorsque vous souhaitez mettre en place des panneaux solaires, vous vous posez la question de la rentabilité de cette installation. La rentabilité va se calculer en comparant le coût de revient et les bénéfices. Le rendement, les aides de l’état et le rachat par EDF de l’électricité produites sont des éléments rassurants pour votre projet.

Des économies au quotidien
En consommant la production d’électricité de vos installations solaires, vous allez pouvoir économiser en 20 à 30 % soit une économie de d’environ 450 € en fonction de l’installation de kWc.

Gagnez dans l’argent en revendant son surplus d’électricité, oui, mais combien ?

 Installation solaire ≤ à 3kWc = 0,10 € par kWc
 Installation solaire comprise entre 9 kWc et 36 kWc = 0,06 € par kWc

Par exemple, si vous avez une installation solaire d’une puissance inférieur à 3kWc et qu’il vous reste 60 % d’électricité non-consommée, vous pouvez donc revendre 6 000 kWh, ce qui représente 600 € à l’année.

Le logement une solution pour lutter contre le réchauffement climatique

Le logement une solution pour lutter contre le réchauffement climatique

La crise climatique est bien là et de nombreux phénomènes météorologiques se manifestent à travers le monde. Sécheresses, incendies, inondations, ouragans, on parle d’une véritable urgence climatique. Toutes ces catastrophes naturelles vont s’accélérer d’ici les prochaines années.

Des chiffres terrifiants

Le réchauffement de 1,5°C va avoir de lourdes conséquences sur la terre, sur nos vies et celles des générations futures. Il faut agir de manière globale et rapidement.

Mais alors que pouvons-nous faire à notre échelle ? En tant qu’individu ? Le cabinet carbone 4 publie une étude en 2019 expliquant que les Français peuvent réduire de 30% leurs émissions de gaz à effet de serre, soit environ 2 tonnes de CO2 en moins. Mais alors comment réduire son impact sur l’environnement au quotidien ?

Il y a des habitudes qui peuvent être évitées telles que voyager en avion, limiter considérablement sa consommation de viandes ou encore ne plus utiliser sa voiture quotidiennement.

Le logement de demain

Le logement peut devenir une véritable solution pour lutter contre le réchauffement climatique. Aujourd’hui, on sait que 30% des émissions de gaz à effet de serre d’une famille en France sont liées à son habitat. C’est autant que pour le transport. Dès début 2022, la nouvelle réglementation environnementale (RE2020) a pour but de considérer les problématiques environnementales actuelles et permettre de réglementer les émissions carbones dans les logements neufs.

Un habitat plus écologique selon quelques critères :

  • Diminution de l’impact des logements neufs sur l’environnement en prenant en compte toutes les étapes de construction jusqu’à sa fin de vie.
  • Renforcer l’isolation et la performance énergétique
  • Adapter les futurs logements aux nouvelles conditions climatiques plus extrêmes
  • Repenser l’habitat avec un nouveau référentiel en termes de qualité et de confort : plus grands espaces, plus de luminosité etc.
  • Le logement doit être au cœur de son environnement, notamment par l’inclusion dans les services et le transport de la ville. La création de lieux culturels, de quartier, et de vie en communauté. L’accès aux différents services et commerces doit être accessible à pied ou en transports en commun.
  • Un habitat plus vert en mettant le vivant au cœur du changement. Lutter contre le réchauffement climatique doit passer par la préservation de la biodiversité et de ses bienfaits.

Chez bWOOD Habitat, nous sommes déjà bien en dessous des chiffres imposés par la nouvelle réglementation, mais notre mission ne s’arrête pas là, nous voulons continuer d’améliorer notre bilan carbone et de notre consommation d’énergie de nos maisons.

Découvrez nos engagements 

Mieux recycler à la maison, c’est possible !

Mieux recycler à la maison, c’est possible !

Depuis quelques années, le recyclage fait partie intégrante de nos vies. Et quand on imagine le recyclage, on pense souvent au tri sélectif tel que le papier, le plastique ou encore le verre. Mais il existe de nombreuses autres astuces pour renforcer le recyclage de nos déchets à la maison.

Dans cet article, découvrez quelques conseils pour apprendre à mieux recycler au quotidien.

Ça commence au supermarché !

Pour limiter sa consommation de déchets au maximum, il est important d’éviter les produits emballés dans des emballages plastiques et privilégier le vrac. Pour conserver vos aliments, vous pouvez utiliser des bocaux en verre.

Le saviez-vous : tous les ans, plus de 500 milliards de sacs en plastique sont utilisés et un trop grand nombre d’entre eux se retrouvent dans le fond des océans. Un sac en plastique met environ 400 ans à se décomposer dans la nature. Les conséquences sont très graves pour l’environnement et pour les 100 000 créatures marines qui en meurent chaque année.

Pour éviter tout ça, il faut éviter de consommer et d’utiliser des sacs en plastique. Vous pouvez garder un sac réutilisable ou un tote-bag avec vous. 

Les piles et les batteries hors d’usage

Les piles et les batteries contiennent de nombreux composés néfastes pour l’environnement : acide, mercure… Il est important de ne pas les jeter dans « une poubelle classique » mais dans les déposer dans un point de collecte mit à disposition, il en existe plus de 60 000 en France. Dans ces endroits, elles seront recyclées en prenant en considération tous les matériaux qui les composent. 

Les médicaments

Les médicaments périmés, les anciennes radiographies sont eux aussi spécifiques et ne se trient pas comme un simple déchet. Il convient de les déposer dans n’importe quelle pharmacie près de chez vous afin qu’elle en assure une prise en charge totale et adaptée.

 Les appareils électriques/électroniques

Même si ces appareils ne fonctionnent plus, ils sont souvent réutilisables et les revendeurs ont l’obligation de le reprendre lors d’un nouvel achat. S’ils fonctionnent encore, vous pouvez les donner à des associations ou des magasins spécialisés comme Emmaüs, Envie ou encore Cash Converters.

Pour aller plus loin :

Les vêtements trop petits ou abîmés, les magazines, mais aussi les boîtes d’allumettes peuvent être récupérés pour fabriquer des loisirs créatifs et s’amuser en famille.

 

L’autoconsommation se développe dans l’habitat individuel

L’autoconsommation se développe dans l’habitat individuel

Les Français souhaitent de plus en plus consommer leur propre électricité. Que ce soit pour faire des économies de facture ou pour adopter un nouveau comportement plus écologique. Les Français sont définitivement en quête d’indépendance énergétique.

 L’autoconsommation qu’est-ce que c’est ?

Autoconsommer c’est, consommer de l’énergie qu’on va produire chez soi.

Quels sont les avantages :

  • Réduire considérablement sa facture d’électricité
  • Ne plus être dépendant d’un fournisseur d’électricité
  • Réduire son impact sur l’environnement 

Il est possible d’autoconsommer grâce à plusieurs sources d’énergies telles que le soleil, la chaleur, l’eau ou encore le vent. Chez les Français, c’est l’énergie solaire avec l’installation photovoltaïques qui rencontre le plus grand succès.

Pourquoi faire installer des panneaux photovoltaïques ?

Une énergie écologique

L’utilisation de panneaux solaires permet de profiter d’une énergie durable et inépuisable. Cette énergie ne produit pas de CO2 et respecte donc l’environnement. 

Un investissement sur le long terme

Même si l’installation de panneaux solaires est onéreuse, il est important de savoir qu’elle reste un investissement important. Une bonne installation, va permettre de s’autofinancer et de gagner de l’argent sur le long terme. En combien de temps mon installation solaire devient-elle rentable ? On estime que qu’il faut en moyenne 15ans pour commencer à percevoir des revenus grâce à cet investissement.

De plus, l’un des avantages de la photovoltaïque est la revente d’énergie. Lorsque vous consommez plus que prévu ou que vous ne dépensez pas l’énergie solaire, il est possible de revendre l’énergie produite. De ce fait, les panneaux solaires peuvent vous apporter un revenu régulier.

 

Il est également important de connaître sa consommation d’électricité en kWh, la consommation de ses équipements électriques, ainsi que sa fréquence de consommation le jour, la nuit, l’été, l’hiver… 

 

Pour conclure, c’est une alternative qui séduit de plus en plus les Français, on compte aujourd’hui plus de 450 000 installations en France. Autoconsommer a de nombreux avantages à la fois sur l’aspect environnemental et sur l’investissement et l’économie d’argent assez conséquente. 

Comment économiser l’eau au quotidien

Comment économiser l’eau au quotidien

Notre planète est composée à 72% d’eau et nos ressources en eau douce sont loin d’être illimitées. Seulement 2,8% de toute l’eau disponible sur Terre est de l’eau douce et 2,1% provient des glaces et des neiges permanentes, ce qui la rend inexploitable. 
Un ménage Français consacre en moyenne 60% de l’eau potable pour l’hygiène corporelle et domestique (sachant que 25 % de la consommation d’eau en France relève cette sphère et 10% dans le monde) et à l’évacuation des toilettes. Le reste passant principalement dans la préparation de la nourriture, le lavage de la vaisselle et du linge.  

Une personne consomme en moyenne 50 à 60m3 d’eau potable par an, soit près de 150 à 160 litres par jour et seulement 1% de ce volume est bu ! Il faut donc se rendre compte que l’eau que nous utilisons au quotidien est une ressource inextensible et que le premier pas vers un comportement plus durable, est de réduire notre consommation en eau. 

 

  1. Pourquoi ? 

Les ressources restent les mêmes mais les populations augmentent donc les besoins en eau aussi. Le premier danger présent pour nos ressources en eau vient du changement climatique, avec la hausse des températures et une évaporation plus intense, le débit des cours d’eau devrait s’abaisser de 20 à 30% d’ici 2060 et nous savons déjà que certaines nappes souterraines seront amenées à disparaître. C’est certes un épuisement lent mais il bien réel. Et puis, c’est sans compter sur la facture en eau qui est importante. Alors on sauvegarde la planète tout en faisant des économies. 
 

  1. Comment réaliser des économies 

Il est possible d’investir dans des outils pour réduire sa consommation d’eau. 

Un mousseur, lorsqu’il sera placé sur votre robinet, va injecter de minuscules bulles d’air dans l’eau et dont débit du robinet sera réduit entre 30 à 50% alors que la pression ne diminue pas ! 

Une douchette économe qui aura le même confort d’utilisation qu’une douchette classique, mais limitera le débit de sortie de l’eau tout en optimisant la pression du jet. Vous réalisez ainsi jusqu’à 75% d’économie d’eau. 

Les mitigeurs thermostatiques qui font gagner du temps pour régler la température de l’eau et épargner quelques litres supplémentaires. 

La chasse d’eau à double commande vous permettra d’user entre 3 et 8 litres d’eau consommable au lieu de 10 à 12 habituellement. 

Le système de récupération des eaux de pluie afin de bénéficier d’une source d’eau gratuite et renouvelable…  

Faites un constat des fuites d’eau et réparez-les. Par exemple une chasse d’eau tirée représente 5 litres d’eau et vous pouvez perde jusqu’à 15 litres par heure en cas de fuite. 

  1. Quelles astuces utiles pour réduire sa consommation ? 
     
  • Ne laissez pas couler l’eau  

Lorsque vous vous brossez les dents, que vous vous lavez les mains ou lorsque vous encore que vous fassiez la vaisselle, ne laissez pas le robinet couler. Fermez-le et rouvrez-le.  

  • Prendre une douche plutôt qu’un bain 

Prendre un bain, cela représente une consommation de 150 à 200 litres d’eau, une douche sans couper l’eau, environ 60 litres et une douche en coupant l’eau, environ 20 litres !  

  • Contrôler le temps d’appui sur le bouton de la chasse d’eau 

Si vous maitrisez la pression, vous pouvez libérer moins d’eau, puisque c’est à chaque tirage, 5 litres d’eau potable qui sont consommés. 

  • Réutilisez l’eau de cuisson 

Une fois refroidie, vous pouvez l’utiliser pour arroser vos plantes ou votre potager. 

  • Achetez des appareils électroménagers économiques 

Un lave-vaisselle moderne par exemple peut consommer jusqu’à seulement 10 litres d’eau contre 15 à 50 litres pour une vaisselle à la main selon la quantité et un ancien appareil va utiliser une quarantaine de litres… On recherche donc des appareils de classe A+++ et on attend qu’il soit rempli pour lancer l’appareil. 

  1. Et pour votre jardin ou votre potager ?
  • Le binage 

C’est l’action de retourner la terre autour de vos plantes pour en accroître la perméabilité. L’eau s’écoulera plus vite et plus facilement pour irriguer vos plantes. 

  • Arrosez le matin ou en soirée 

Arrosez vos plantes, surtout pendant les périodes chaudes, le matin tôt avant que le soleil ne soit trop haut ou bien le soir, une fois que la chaleur a baissée. 

Astuce : Installer un bassin de jardin préformé pour récupérer l’eau de pluie et l’utiliser pour l’arrosage de vos plantes ! 

  • La permaculture 

C’est par exemple, une plante pousse et en protège une autre, donc vos productions vont se protéger l’une l’autre du soleil, s’entre-aider à conserver l’humidité. 

  • Paillage (paillis) 

On met de la paille, des feuilles, ou bien d’autres matériaux naturels aux pieds de vos plantes pour maintenir l’humidité autour de celles-ci.  

  • Système d’arrosage goutte à goutte 

Ce système est un tuyau adapté, troué, que vous allez disposer auprès de vos plantes. L’eau est distribuée par un système de goutte à goutte. Plus de gaspillages.